Aller au menu Aller au contenu
EIP - RECYCLAGE ET VALORISATION
EIP - RECYCLAGE ET VALORISATION
EIP - RECYCLAGE ET VALORISATION

> Equipes > EIP > Durabilité, seconde vie et recyclage

Procédés électrochimiques et physicochimiques : durabilité, seconde vie et recyclage


Introduction

       Le monde actuel est écartelé entre des impératifs économiques et des inquiétudes environnementales mais ce dilemme apparent peut être levé (au moins partiellement) par une activité de recyclage et de (re)valorisation accrue de ce que l'on a longtemps considéré uniquement comme des 'déchets', qu'ils soient technologiques ou agricoles.
      Par exemple, l'extraction des terres rares utilisées massivement dans les écrans ou les aimants permanents est jugée, à juste titre, très polluante dans le mode actuel. La délocalisation en Chine des activités minières pour ces métaux a conduit à une situation de quasi monopole dans ce pays, suivie d'une hausse des prix de ces matières premières qu'il devient donc, par rebond, potentiellement économiquement viable de recycler à partir des objets les contenant. Dans un tout autre domaine, les déchets papetiers très polluants qui sont, pour la plupart, simplement brulés pour produire de l'énergie  contiennent de nombreuses molécules qui pourraient être bien mieux valorisées dans l'industrie  chimique.
      Le groupe Physicochimie & procédés pour le recyclage et la valorisation s'intéresse à tous les procédés permettant une meilleure gestion des déchets technologiques ou biologiques/agricoles par une récupération/séparation de leurs constituants: métaux précieux (platine dans les pile à combustible à membranes échangeuses de protons), métaux plus classiques (nickel, cobalt et terres rares dans les batteries ou les aimants) mais aussi polymères à haute valeur ajoutée (Nafion des piles à combustible) ou molécules à haut potentiel pour l'industrie pharmaceutique (liqueur noire ou son de blé). Pour cela, les techniques classiques d'extraction liquide/liquide ou d'électrodéposition sont évaluées, optimisées ou revisitées, par l'emploi de nouveaux solvants, moins dommageables pour l'environnement, les liquides ioniques. En parallèle, des travaux avec des solvants organiques plus classiques ou en milieux sels fondus haute température sont également menés dans le groupe.
        Les recherches du groupe sont pour partie fondamentales (compréhension des mécanismes d'extraction ou d'électrodépôt) mais aussi appliquées (mise au point de procédés, optimisation), en partenariat avec différents industriels. Une collaboration avec le laboratoire G-SCOP (Grenoble) permet d'évaluer l'impact économique de ces travaux par une analyse fine des cycles de vie incluant les opérations de recyclage étudiées dans le groupe.
        Le groupe est aussi le porteur d'un projet européen concernant le recyclage des batteries NiMH et impliquant des partenaires académiques (Université d'Aveiro, Portugal) et industriels (projet européen dans le cadre de l'appel ERAMIN-I).
        Les paragraphes suivants illustrent certains des travaux récents du groupe.

Contacts généraux: Pr. Marian Chatenet (chef de groupe) et Dr. Isabelle Billard (responsable thématique)

mise à jour le 20 novembre 2019

Univ. Grenoble Alpes