Aller au menu Aller au contenu
Publié le 15 mai 2014
A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo
Distinction / prix 30 avril 2014

Renaud Bouchet,professeur des universités à Grenoble INP, vient de recevoir Le prix EDF Pulse « science et électricité » pour son projet « Single-ion electrolyte » (SIEL), projet associant le LEPMI et l’Institut de chimie radicalaire (CNRS/Aix-Marseille Université). L’objectif de ce projet : mettre au point des batteries hautes performances dites « lithium métal polymère ».

Les batteries hautes performances dites « lithium métal polymère » utilisent en effet un électrolyte polymère solide présentant des avantages en termes de sécurité, de coût et d’amélioration de la densité d’énergie par rapport aux batteries lithium-ion classiques. Ce prix, accompagné d’une bourse de 150 000€, a été remis au cours du colloque EDF Pulse le 30 avril 2014. Le Prix EDF Pulse "Science et électricité " distingue une équipe de recherche, sélectionnée par le Jury EDF Pulse, pour des travaux scientifiques dans le domaine du stockage d'électricité.

Un point faible des batteries lithium-ion est l’utilisation d’électrolyte liquide hautement réactifs et potentiellement dangereux, notamment dans le cadre de grandes batteries destinées par exemple au stockage des énergies renouvelables. L’objectif initial des travaux menés par Renaud Bouchet et ses collaborateurs a donc été le développement d’électrolytes solides à base de copolymères à blocs qui ne brulent pas et présentent ainsi une solution idéale en termes de sécurité.  

L’équipe du projet a notamment développé une nouvelle famille de copolymères à blocs dont l’architecture spécifique à permis d’obtenir des performances inégalées dans des prototypes de batteries lithium métal polymère réalisés en laboratoire dont les travaux sont parus dans la revue Nature Materials en 2013. « Il reste des verrous scientifiques et technologiques pour voir ces nouveaux matériaux directement impliqués dans les batteries de demains, mais ce sont des défis que le projet SIEL par le biais du prix EDF-Pulse, compte bien relever en réalisant des prototypes industriels. » commente Renaud Bouchet.

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail Partagez cet article Facebook Twitter Linked In Google+ Viadeo

mise à jour le 16 mars 2015

Univ. Grenoble Alpes