Aller au menu Aller au contenu
Personnels du laboratoire
Personnels du laboratoire
Personnels du laboratoire

> Personnels

MME KUMAR Kavita

Post-doctorante

Coordonnées

LEPMI, 1130 rue de la piscine, BP75 38402 Saint Martin d'Hères

  • Tél. : 0476826592

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail

Enseignement :
2021 : TP Electrochimie, Phelma 1ère année PMP
2015 - 2017 : Contrat doctoral à charge d'enseignement à l'Université de Poitiers, TP et TD en électrochimie, chimie générale et thermodynamique.

Recherche :
L’objectif de mes travaux de thèse, réalisés à l'IC2MP de Poitiers, était l’élaboration d’oxydes de métaux de transition de structure spinelle, déposés sur des substrats à base de graphène pour constituer des matériaux électrocatalytiques, dans des systèmes de piles à combustible alcalines réversibles. L'un des verrous scientifiques majeurs à lever pour amener ces applications dans une réalité commerciale, concerne le développement d'électrodes à oxygène stables et composés de catalyserurs bifonctionels. Ces matériaux doivent être à la fois capable de catalyser les réactions de réduction (ORR) et de dégagement du dioxygène (OER). L’intérêt pour ces catalyseurs a été exacerbé par l’établissement d’une relation positive entre l’hétérointerface (oxydes – support carboné) et les performances électrocatalytiques. Le caractère pluridisciplinaire de ce projet de thèse, allant de la synthèse des matériaux composites jusqu'à leur utilisation en système réel m'a permis d'aquérir de solides compétences en synthèse et caractérisation de nanoparticules et de support dérivés de graphène, deux types de matériaux dont le potentiel est connu pour de nombreuses applications, notamment en électrochimie. 

Le projet de mon post-doctorat, réalisé au LEPMI de Grenoble, est orienté sur l’étude des mécanismes de dégradation de matériaux de type métal-azote-carbone (Métal-N-C), utilisés comme alternatives aux métaux nobles dans les piles à combustible en milieu acide. A ce titre, plusieurs familles de Métal-N-C ont été préparés par différents groupe de recherche (collaboration avec le groupe du Dr Frédéric Jaouen de l'ICGM (Montpellier) ainsi que le groupe du Dr Plamen Atanassov de l'UCI (Californie). Nous avons mis en évidence que les mécanismes de dégradation des électrocatalyseurs étaient non seulement liés à leur composition chimiques, à leur propriètés morphologiques et structurales, mais également aux conditions de tests de stabilité, à  savoir la température, le gamme de potentiel et l'atmosphère du milieu. A l’aide de techniques analytiques fines, un nouveau mécanisme de dégradation a été identifié et caractérisé. Cette importante découverte a non seulement permis de résoudre un débat persistant sur les signatures Mössbauer operando de ces matériaux mais également d’identifier des sites durables et d’autres non durables.

Activités / CV

2018 - Présent : Chercheuse Post-doctorante en électrocatalyse, projets ANR (CAT2CAT et ANIMA) au LEPMI
Etudes des mécanismes de dégradation de matériaux de type Métal-N-C pour piles à combustible PEMFC
2014 - 2017 : Thèse en électrocatalyse, à l'IC2MP, Université de Poitiers
Catalyseurs sans métaux nobles pour piles à combustible régénératives
04/2016 - 08/2016 :
Séjour de recherche de 4 mois à l'Université Technique de Berlin, au sein du groupe du Prof. Peter Strasser


 

A+Augmenter la taille du texteA-Réduire la taille du texteImprimer le documentEnvoyer cette page par mail

mise à jour le 24 février 2021

Université Grenoble Alpes